lundi 3 mars 2014

Jour 1

Ce qui est bien lorsque l'on est au plus mal c'est que l'avenir ne peut être que meilleur. Aujourd'hui j'ai touché le fond et je compte bien m'en servir d'impulsion au lieu de continuer à creuser encore et encore.
Voilà maintenant 10 ans que la dermatillomanie me gâche la vie. 10 ans. Une décennie. 10% d'une vie environ pour les matheux. C'est beaucoup, c'est beaucoup trop. Cette année plus particulièrement j'ai senti qu'elle s'est totalement emparée de mon être, m'a dépossédé et m'a mise à terre. Elle a influé sur tous les aspects de ma vie : vie amoureuse, familiale, sociale, professionnelle.
Pour dresser le tableau qui s'apparente plus à un Picasso déstructuré je commencerai par dire que je m'appelle Marie. J'ai 18 ans et vis dans la région lyonnaise. Je suis de nature bien dans mes baskets comme on dit, le genre de fille sur qui l'on peut s'appuyer, qui ne pleure jamais et qui ne renonce pas devant les difficultés de la vie. Peut-être la dermatillomanie a-t-elle voulu me montrer mes failles, mes faiblesses ? Elle a réussit. Seulement je sais que je suis plus forte qu'elle et que je me sortirai de ses griffes ravageuses.
Ce blog est le récit de ma vie ou plutôt de ma maladie. Peut-être certains d'entre vous se reconnaîtront-ils dans mes écrits. Je ne prétends pas donner des conseils pour vous en sortir, je n'y arrive même pas moi-même mais je vous invite à venir me parler si vous le désirez, j'en serais ravie.